Centrafrique : retour à la normale à Ecobank après dix jours de...

Centrafrique : retour à la normale à Ecobank après dix jours de problèmes de connexion

23
PARTAGER

BANGUI, (Xinhua) — Les services de la banque panafricaine Ecobank ont presque tous repris à Bangui en Centrafrique après dix jours de problèmes de connexion, qu’il s’agisse des distributeurs automatiques bancaires ou des traditionnels guichets, a-t-on constaté mardi.

Voici dix jours, faute de connexion, les guichets et les DAB de la banque situés dans la capitale de la République centrafricaine avaient cessé de fonctionner, provoquant immédiatement l’irritation des clients.

Vendredi dernier, certains s’en sont pris au personnel, proférant des propos malveillants et rebaptisant l’établissement « Escrobank ». Nadège Ngakola, une cliente, a trouvé injuste de ne pouvoir accéder à son compte en raison de ces problèmes de connexion.

Pour apaiser les tensions, la direction, dans un communiqué non daté parvenu lundi à Xinhua et signé du directeur général adjoint, Maxime Ndéma, s’est sincèrement excusée auprès de la clientèle, évoquant « des perturbations sur les liaisons de télécommunications » qui sont « indépendantes de la volonté » du personnel. Et d’assurer que « des équipes techniques s’attèlent à résoudre le problème ».

En s’établissant en RCA, Ecobank avait fait miroiter les nouvelles technologies pour rendre plus fluides les services. Les responsables annonçaient, par exemple, qu’avec une carte bancaire, n’importe quel client pouvait accéder à son compte dans n’importe quelle agence de province ou pays où existent des services Ecobank. Cette démarche avait attiré plus de clients à la banque fondée au Togo en 1985.

Ecobank a effectivement ouvert des agences dans certaines provinces de la RCA. Malheureusement, avec la crise, les agences de Bambari (centre) et de Bossangoa (nord-ouest) ont été vandalisées. A Bangui, certaines ont dû fermer pour raisons de sécurité.

En fin de compte, tous les clients, tant des provinces que de Bangui, se sont rués vers l’agence en centre-ville, provoquant ainsi la saturation des services. L’obsolescence des équipements peut expliquer les désagréments fréquents, à l’exemple de ceux de la semaine dernière. Au cours des années, des clients, lassés des désagréments répétés, ont tout simplement changé de banque.

Le paysage bancaire en RCA est occupé par quatre banques : Ecobank Centrafrique, CBCA (Commercial Bank of Centrafrique), BPMC (Banque populaire maroco-centrafricaine) et BSIC (Banque sahélo-saharienne pour l’investissement et le commerce en Centrafrique).

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE