Difficile accès aux soins de santé pour les habitants du village Ndangala

Difficile accès aux soins de santé pour les habitants du village Ndangala

10
PARTAGER

Bangui- Madame Annick Pomy, pharmacienne au poste de santé de Ndangala, déplore le recours aux recettes de grand-mère pour soigner les maladies récurrentes telles que la gonococcie, la syphilis et le VIH/sida dans cette localité.

« plus de 30 à 40 cas liés à la gonococcie, syphilis ou au paludisme ont été répertoriés à l’intervalle de deux mois. A cela s’ajoute la tuberculose qui demeure encore pendante dans cette région », a-t-elle relevé, regrettant que les malades sont obligés de se soigner à l’indigénat à la maison faute de moyens financiers et de disponibilité des médicaments au poste de santé de Ndangala.

Elle a également relevé quelques difficultés entravant ainsi la bonne marche de ce poste de santé que sont entre-autres : « le manque cruel des médicaments tels que les antirétroviraux (ARV) pour les personnes déclarées séropositives, des vaccins anti tétanos pour les femmes enceintes et contre la poliomyélite ».

En outre, il faut préciser que les femmes accouchent sur des nattes car aucun lit n’est disponible dans ce poste de santé.

Des malades graves sont évacués à Bangui sur une moto ou dans un pousse-pousse pour des soins plus adéquats.

C’est pourquoi le chef du groupe de Ndangala lance un vibrant appel le gouvernement et les partenaires à leur venir en aide.

La population du village Ndangala est estimée à 13 000 habitants, selon le recensement électoral de 2015.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE