Centrafrique : plusieurs enfants de la rue du 6e arrondissement optent pour...

Centrafrique : plusieurs enfants de la rue du 6e arrondissement optent pour la formation et la réinsertion

66
PARTAGER

BANGUI—les enfants de la rue du 6e arrondissement de Bangui s’engagent pour la formation professionnelle et leur réintégration sociale. Engagement pris lors de la campagne d’identification de leurs besoins à Bangui. Une initiative de l’ONG la verdure.

Plusieurs enfants sont dans la rue à Bangui et à l’intérieur du pays. Leur condition sociale est autant plus préoccupante après la crise. C’est dans ce contexte que l’ONG la Verdure a lancé une campagne d’identification de leur besoin en vue de favoriser leur réintégration sociale et leur réinsertion. Cette campagne intervient deux mois après son appui aux déplacés retournés de la Fateb dans le 5e arrondissement de Bangui.

Selon Daoud Mahamat, coordonnateur de l’ONG la Verdure, l’identification des besoins est un processus de réponse à la réinsertion socioprofessionnelle des enfants de la rue. « Nous avons vu que les enfants de la rue dans le 6e arrondissement deviennent de plus en plus nombreux et il est de notre responsabilité de leur venir en appui autrement dit, ils seront les problèmes de la société de demain. C’est pourquoi nous nous sommes rapprochés d’eux pour connaitre leur besoin et savoir comment ils envisagent l’avenir », a-t-il indiqué.

Il a indiqué comment les enfants perçoivent la Centrafrique de demain. « En répondant à nos questionnaires, les enfants sont conscients de leur situation et ont montré leur disponibilité et volonté de se faire former en mécanique. Ils veulent conduire, faire de la menuiserie et avoir un métier et nous allons soumettre cela à nos bailleurs », a-t-il ajouté avant d’indiquer au RJDH l’extension de la campagne à d’autres arrondissements de Bangui.

Fréderic, âgé de 12 ans, est dans la rue il y a 4 ans. Il explique son espoir. « Je suis dans la rue, il y a longtemps, mais nos ainés nous battent, je ne peux pas rentrer chez mes parents, si on peut me former pour que je puisse conduire demain ce sera une bonne chose », a-t-il espéré.

L’ONG la verdure est lancée en République Centrafricaine après la crise et s’engage dans la protection de l’enfance. Cette action vient après son plaidoyer pour l’attribution d’acte de naissance aux enfants déscolariser à travers le pays.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE