Zone CFA: la lutte antiblanchiment freine l’interchangeabilité des billets Cemac et UEMOA

Zone CFA: la lutte antiblanchiment freine l’interchangeabilité des billets Cemac et UEMOA

14
PARTAGER

La lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme ralentissent l’interchangeabilité des billets entre les deux grandes zones utilisant le franc CFA, ont expliqué les gouverneurs des deux banques centrales concernées vendredi à Abidjan.

Lié à l’euro par un système de parité fixe, le franc CFA est la monnaie de 14 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et centrale, totalisant 155 millions d’habitants: huit appartenant à l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et six à la Communauté économique d’Afrique centrale (Cémac).

UEMOA et Cémac sont dotées chacune d’une banque centrale qui émettent leurs propres billets et pièces. Si les billets émis par l’une ou l’autre ont exactement la même valeur, ceux de la zone UEMOA ne sont pas acceptés dans les pays de la Cémac et inversement.

« Aujourd’hui les facteurs liés à la sécurité » et « les problématiques liées au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme » font que « le maniement de l’argent liquide n’est pas quelque chose de tout à fait approprié », a estimé Abbas Mahamat Tolli, le gouverneur tchadien de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

« Nos équipes techniques se sont déjà mis en place » pour travailler sur le dossier et « permettre aux citoyens des deux zones de pouvoir utiliser facilement les moyens de paiement » indifféremment dans l’une ou l’autre zone, a-t-il poursuivi.

« C’est un élément important. Nous allons nous rencontrer bientôt pour commencer la phase opérationnelle et rendre cette convergence concrète », a-t-il ajouté sans toutefois donner de calendrier précis.

M. Tolli s’exprimait, au côté de son homologue ivoirien de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné, lors d’une conférence de presse de ministres et gouverneurs de banques centrales, à l’occasion de la réunion des ministres des 16 pays de la zone franc.

Aux 14 pays utilisant le franc CFA, s’ajoutent les Comores, dont la monnaie est le franc comorien, et la France, dont trois collectivités du Pacifique (Polynésie française, Wallis et Futuna et Nouvelle-Calédonie) utilisent le franc pacifique.

Franc comorien et franc pacifique sont tous deux également indexés sur l’euro, à une parité fixe différente du franc CFA.

pgf/ayv/

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE