Devant les députés, Michaëlle Jean plaide pour la réconciliation nationale comme facteur...

Devant les députés, Michaëlle Jean plaide pour la réconciliation nationale comme facteur d’une paix durable en RCA

11
PARTAGER

Bangui- La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, s’est exprimée devant les députés réunis à l’hémicycle de l’Assemblée nationale, mercredi 13 avril 2017 à Bangui, soulignant que le peuple centrafricain saura se dresser durablement contre ceux qui activent la haine, ceux qui instrumentalisent les différences politiques et religieuses, ceux qui exacerbent le repli sur soi et le rejet de l’autre dans le seul but de s’emparer du pouvoir et des ressources naturelles.

La Secrétaire générale de la Francophonie a réaffirmé la volonté de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) d’accompagner la République Centrafricaine en vue de favoriser la restauration de l’autorité de l’Etat.

Tout en respectant la diversité de l’Assemblée nationale, Michaëlle Jean a signalé que « la paix ne pourra s’instaurer durablement en République Centrafricaine qu’en passant par la réconciliation nationale ».

Pour elle, la réconciliation nationale s’inscrit dans un long processus de pardon et il est fondamental que les politiques assument la lourde responsabilité d’aider les Centrafricains et les Centrafricaines à s’engager résolument dans cette dynamique de réconciliation nationale.

Intervenant à son tour, l’Honorable Abdou Karim Meckassoua, Président de l’Assemblée nationale, a évoqué un partenariat accru entre l’OIF et le parlement centrafricain, notamment à travers la formation des députés.

Bernadette Gomina Pampali, députée de Nola, a plaidé pour que l’Organisation Internationale de la Francophonie apporte son soutien aux Centrafricaines dans le but de les aider à surmonter les conséquences de la crise qui pèsent encore sur leurs épaules pour devenir plus autonomes.

Il faut souligner que l’OIF a longtemps été un partenaire de la République Centrafricaine. En témoigne son intervention pour les différentes phases du retour à la légalité constitutionnelle.

Aimé-Patrice Lékéliho

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE