Centrafrique : Le collectif des entrepreneurs justifie le retard dans la réhabilitation...

Centrafrique : Le collectif des entrepreneurs justifie le retard dans la réhabilitation des infrastructures

6
PARTAGER

BANGUI — Le 3ème vice-président du collectif des entrepreneurs centrafricains Noel Bernard Logomon a justifié le retard accusé dans les travaux de réhabilitation des bâtiments administratifs financés par l’Union Européenne par le décaissement des fonds et l’insécurité. Il l’a fait savoir dans un entretien très bref accordé ce jour au RJDH.

Le collectif des entrepreneurs centrafricain est conscient des retards enregistrés dans l’exécution des travaux de réhabilitation des infrastructures publiques dans l’arrière-pays. Le 3ème vice-président de ce collectif, Noël Bernard Logomon, pense que les ratés de ce projet sont dus au vice de procédure que le pouvoir de la transition a favorisé au départ, « les entreprises n’avaient pas concouru. L’Etat avait choisi lui-même des entreprises pour urgence. Plusieurs de ces entreprises sont fictives. C’est ce qui a cassé l’élan du projet », a-t-il expliqué.

Le deuxième problème est lié au décaissement des reliquats, « les entreprises choisies avaient chacune reçu 40 millions sur les 100 millions, ceci comme premier décaissement. Malheureusement, certaines ont commencé les travaux, achevé les travaux, et d’autres par contre n’ont rien fait et elles ont disparu », a précisé Noel Bernard Logomon.

Le 3ème vice-président dénonce l’absence de suivi, « il y’a des commissions qui ont vérifié et évalué les travaux sur le terrain mais l’Etat n’a pas interpellé les entreprises qui n’ont pas achevé leurs travaux, ni payé celles qui ont finalisé les travaux. A l’heure où nous sommes, on nous dit que les 1.600.000.000 sont finis » a-t-il confié.

Les travaux de réhabilitation des édifices publics dans le cadre du projet PRAP devraient être exécutés dans délai de 6 mois./

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE