Centrafrique : Qui est Toussaint Muntazini-Mukimapa, Procureur de la Cour Pénale Spéciale...

Centrafrique : Qui est Toussaint Muntazini-Mukimapa, Procureur de la Cour Pénale Spéciale ?

9
PARTAGER

BANGUI, 16 février 2017(RJDH) — Le Magistra-Militaire congolais RD, Toussaint Muntazini-Mukimapa a été nommé procureur de la Cour Pénale Spéciale de la RCA. Son expérience et sa carrière dans la poursuite des crimes internationaux en RDC lui ont valu ce poste.

Licencié en droit de l’Université Nationale du Zaïre/Campus de Kinshasa en 1977, option Droit privé et judiciaire, Toussaint Muntazini-Mukimapa s’est s’engagé volontairement dans les Forces Armées Zaïroises comme Magistrat militaire. Toussaint a franchi tous les échelons de la magistrature militaire depuis le grade judiciaire de substitut de l’auditeur militaire de garnison jusqu’à celui de Premier Avocat près la Haute Cour militaire, soit, le deuxième rang hiérarchique après celui d’auditeur général, chef de corps des magistrats militaires des parquets. Il est Colonel des Forces Armées Congolaises.

De mars 2003 jusqu’à ce jour, il occupait  les fonctions de Directeur de cabinet de l’Auditeur général des Forces Armées de la RDC et point focal de la Cour Pénale Internationale où il a joué un rôle dans la mise en place des instruments juridiques susceptibles de faciliter l’interaction de la justice militaire congolaise avec la CPI sur l’aboutissement des procédures en ce qui concerne les ressortissants congolais déférés devant la CPI.

En 2015, il a initié un processus au Congo dans le but était d’accélérer les procédures des poursuites des crimes internationaux qui relève de la compétence de la CPI. C’est le 15 février 2016 qu’il a été nommé Procureur Général de la Cour Pénale Spéciale en Centrafrique, un poste dont l’avis a été lancé par le secrétaire général des Nations-Unies pour appuyer la justice de ce pays.

La Cour Pénale Spéciale de la République Centrafricaine a été créée par la loi  N°15.003 du 3 juin 2915. Sa mission  est d’enquêter, d’instruire, et de juger les violations graves des Droits de l’Hommes et les violations graves du droit international humanitaire commis en RCA depuis 2003 tel que défini par le code pénal du pays.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE