RCA: la justice centrafricaine est à reconstruire selon Amnesty international

RCA: la justice centrafricaine est à reconstruire selon Amnesty international

12
PARTAGER

Une impunité omniprésente, un système judiciaire lessivé, un budget quasi inexistant… Mardi 14 février, à Bangui, l’ONG Amnesty International présentait aux acteurs de la société civile son dernier rapport sur la Justice en Centrafrique. C’est tout un système à reconstruire.

Ils étaient une trentaine de membres de la société civile à assister à l’atelier organisé par Amnesty International et à plancher sur la manière de remettre la justice centrafricaine sur les rails.

Le retour à la sécurité, notamment dans l’est du pays toujours contrôlé par les armés, est une condition indispensable pour amorcer un début de justice, comme le souligne Mathias Morouba, président de l’Observatoire centrafricain des droits de l’Homme. « Tant que l’Etat n’est pas en mesure de contrôler une zone, c’est effectivement difficile de rendre la justice dans ladite zone. Les bourreaux et les victimes vivent dans les mêmes localités et c’est dangereux »

Le budget de la Justice, qui ne représente que 2% sur celui de l’Etat, est principalement alloué au salaire des fonctionnaires. La part faite aux investissements, comme la réhabilitation des prisons ou la formation est oubliée, déplore maître Bruno Gbiegba, président du Comité national pour la prévention et la répression des génocides. « Il n’y a pratiquement rien qui est affecté aux infrastructures, au matériel, à la formation continue des acteurs de justice. C’est pour cette raison que nous conseillons à nos autorités de mettre l’accent sur le relèvement du budget de la Justice pour lui permettre son fonctionnement d’une manière efficace ».

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE