Table ronde des bailleurs de fonds, Election de Faustin Touadéra faits majeurs...

Table ronde des bailleurs de fonds, Election de Faustin Touadéra faits majeurs en Centrafrique

25
PARTAGER

L’année 2016 qui s’achève a été marquée en Centrafrique par plusieurs faits majeurs dont les plus saillants sont :

Table ronde des bailleurs de fonds :

Au plan économique, la tenue le 17 novembre dernier à Bruxelles, en Belgique, au siège de l’Union européenne de la table ronde des bailleurs de fonds de Centrafrique qui a abouti à une promesse de financement du plan de relèvement et de consolidation de la paix de Centrafrique à hauteur de 2,2 milliards de dollars américain alors que le gouvernement a tablé sur 5 milliards pour trois ans débloqués par ses partenaires financiers.
Ce document prévoit le soutien à la paix, la sécurité et la réconciliation nationale en Centrafrique. Le deuxième point que présente ce document est le redéploiement de l’autorité de l’Etat sur tout le territoire centrafricain et le dernier point concerne le relèvement économique de la RCA grâce à l’agriculture, le transport et l’énergie.
Les retombées de cette table ronde ont été la signature d’une aide budgétaire avec les institutions internationales comme la Banque Mondiale, l’Union Européenne et d’autres.

Election de Faustin Archange Touadéra :

Au plan politique, l’actualité en Centrafrique a été dominée par l’élection de Faustin Archange Touadéra à la magistrature suprême mettant fin à trois ans de transition politique en Centrafrique.
Après plusieurs reports, à cause de l’insécurité mais également pour avoir un corps électoral incluant les réfugiés, le premier tour du scrutin présidentiel et des législatives est organisé le 30 décembre 2015 mettant aux prises 30 candidats à la présidentielle et plus de 2000 postulants aux législatives.
Touadéra arrive 2ème avec 19% contre 23% à Anicet Georges Dologué qui arrive premier. Au second tour, il bat finalement Anicet Georges Dologuélé au second tour organisé le 14 février 2016 avec 62% des voix.
Il prête serment le 30 mars devant plusieurs chefs d’Etat africains et nomme son premier Ministre Simplice Mathieu Sarandji au mois d’avril pour former un nouveau gouvernement mettant fin à la transition dirigée par la Présidente Catherine Samba Panza depuis 2014.
Aux législatives, les candidats indépendants dominent les élections et élisent à la tête de l’assemblée nationale composées de 140 députés un des leurs qui s’est également présenté à la présidentielle, Karim Meckassoua.

Journée ville morte à Bangui :

Au plan sécuritaire, le 24 octobre 2016, suite à un mot d’ordre d’une partie de la société civile, une journée ville morte est lancée à Bangui pour exiger le départ des casques bleus accusés de passivité devant les tueries des populations dans l’arrière-pays par les groupes armés plus particulièrement les rebelles des ex sélékas. Cette journée s’est soldée par la mort de plusieurs personnes tuées par balle.
Ces groupes armés ont, durant le mois de septembre à décembre, perpétré des violences sur des populations mêmes déplacées dans des sites à Bambari, Bakala et Bria au centre est de Centrafrique et à Kaga Bandoro, Batangafo, Bocaranga des villes du nord et ouest du pays.
Ces violences ont lieu alors que l’opération militaire française Sangaris décidée en décembre 2013 pour arrêter les violences communautaires prenait fin au mois d’octobre.
Le Président Français François Hollande a effectué une visite en Centrafrique au mois de juin pour annoncer la fin de cette opération sangaris qui a permis d’éviter un génocide.
Des humanitaires et des services d’Etat ont été attaqués par ces groupes armés provoquant la suspension des activités humanitaires dans ces zones sous tensions.
Selon INSO, qui est en charge de la sécurité des ONG, plus de 300 incidents ont eu lieu depuis le début de l’année. La RCA détient ainsi le record du pays où l’action humanitaire est la moins respectée.
A Bangui ces violences ont été marquées par la prise d’otage des policiers par ces groupes armés dans l’enclave musulmane du Km5 dans le 3ème arrondissement.
Ceux- ci ont été libérés cinq jours après une médiation d’un député du centre du pays.

Sports et Culture :

Sur le plan sportif et culturel, le pays n’a pas brillé puisque les Fauves de Bas Oubangui de football malgré un parcours honorable ont terminé 2ème de leur poule derrière les Léopards de la RDC qualifiée pour la CAN 2016 au Gabon.
Cependant au plan culturel, il y a la construction d’un centre culturel national dénommé Catherine Samba Panza qui abrite les expositions ou autres activités culturelles de grande envergure dans le pays.

Création d’un cardinal :

Sur le plan religieux, il faut souligner le fait que pour la première fois en Centrafrique, l’église catholique a créé un cardinal en la personne de Mgr Dieudonné Nzapalainga Archevêque de Bangui, au mois de novembre dernier. Le Pape François qui a séjourné en Centrafrique en 2015 a vu en ce prélat un homme infatigable de recherche de paix et de cohésion sociale entre les communautés en Centrafrique. Cette nomination comme le plus jeune des cardinaux au monde a donné l’espoir que la RCA peut se relever de la crise militaro politique que le pays traverse.

BB/of/APA

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE