Faustin Touadéra: «nous ne voulons pas faire de désarmement forcé»

Faustin Touadéra: «nous ne voulons pas faire de désarmement forcé»

36
PARTAGER

La Centrafrique est de retour au sein de l’organisation internationale de la francophonie (OIF) après trois années de suspension. Le président Faustin Touadéra participait au sommet de l’organisation qui a lieu à Antananarivo, la capitale malgache.

La RCA – qui a obtenu 2,2 milliards de dollars de promesses de financement de la part des bailleurs de fonds à Bruxelles il y a 10 jours, poursuit son plaidoyer auprès des partenaires internationaux, ne serait-ce que pour que ces promesses se concrétisent. Cet argent commence-t-il à arriver ? Après les violences qui ont fait plusieurs dizaines de morts à Bria cette semaine, où en est la stratégie de Désarmement, démobilisation, réinsertion des combattants (DDR) ? Le président centrafricain [qui réagit d’abord à la disparition de Fidel Castro] est notre invité ce dimanche 27 novembre. Il répond aux questions de Pierre Pinto, l’un de nos envoyés spéciaux à Antananarivo.
« Nous [la RCA] voulons la réconciliation nationale. […] Il va falloir convaincre ceux qui ont pris les armes, à les déposer, à choisir la République librement. Parce qu’aujourd’hui la violence n’arrange rien. Et vous voyez, cela n’a fait que détruire le pays et nous avons reculé de plusieurs années. Et moi, en tant que président de la République, je veux rassembler tout le monde pour construire notre pays dans le dialogue. C’est le désarmement des cœurs et ce n’est pas facile. »

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE