Centrafrique : Ambiance morose au Km 5 et sur l’Avenue CEMAC

Centrafrique : Ambiance morose au Km 5 et sur l’Avenue CEMAC

24
PARTAGER

BANGUI, 06 octobre (RJDH) — L’assassinat du Commandant Marcel Mombeka par des extrémistes du Km 5 continue de perturber le quotidien de ce secteur et ses périphériques. Les activités sur l’Avenue CEMAC dans le 6e Arrondissement et celles du Km 5 reprennent timidement.

L’ambiance du Km 5 et ses environs est toujours dictée par le meurtre de l’Officier Supérieur des FACA, M. Mombeka abattu le 04 octobre. Dans ce quartier, les barricades érigées sur des artères demeurent toujours. Une situation qui fait peur aux nombreux clients qui ne fréquentent plus le marché depuis ces jours-ci.

Sur l’Avenue CEMAC, des jeunes  ont aussi installé des barrières sur la chaussée. Seuls les taxi-motos circulent sur la voie et leurs parcours s’arrêtent au niveau du Bar Bercy.

Le Lycée de Fatima semble constituer la ligne de front entre les autodéfenses du Km 5 et les jeunes rassemblés aux abords de l’établissement. Pareillement, la plupart des débits de boissons ont fermé leurs portes et certaines boutiques du secteur.

Le Marché Magalé, dont les vendeurs de bois de construction gardent en mémoire les douloureux événements de l’année passée est désert. Mais les activités dans le secteur sont concentrées au niveau de Kétégueré. La nuit était profonde et est surtout rythmée par des tirs intermittents.

Concernant les mesures dissuasives, des casques bleus et leur véhicule avant blindé (VAB) sont visibles sur le Pont Jackson (Avenue Boganda) et un autre au sein de la Paroisse Notre Dame de Fatima.

Ajoutant que treize éleveurs Peulhs bloqués à l’abattoir de Bangui ont eu la vie sauve grâce au personnel de la Société d’Etat de Gestion des Abattoirs (SEGA). Ils ont réussi à rejoindre le Km 5 sous escorte de la Minusca.

Le climat sécuritaire est fragile à Bangui et des villes de l’arrière-pays. L’assassinat du Chef de Bataillon des FACA, M. Mombeka a fait monter la tension.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE