Boko Haram: luttes internes entre les factions de Shekau et d’al-Barnawi

Boko Haram: luttes internes entre les factions de Shekau et d’al-Barnawi

26
PARTAGER

Au Nigeria, des combats ont été signalés dans l’Etat de Borno entre deux factions de Boko Haram. Ils remontent à la semaine dernière mais n’ont été confirmés qu’au cours des derniers jours. Les affrontements opposent les hommes d’Abubakar Shekau, limogé le mois dernier par l’organisation Etat islamique, et ceux de son successeur, Abu Musab al-Barnawi, le fils du fondateur historique de Boko Haram, Mohammed Yusuf.

Le différend entre les deux hommes est d’abord religieux. Une question théologique les oppose. Faut-il considérer les musulmans qui vivent dans des territoires occupés par des non-musulmans comme des « mécréants » ? Le dirigeant contesté de Boko Haram, Abubakar Shekau estime que oui. Alors que l’homme que le groupe Etat islamique a désigné comme son successeur, Abu Musab al-Barnawi, considère, lui, qu’il ne faut pas attaquer les musulmans mais les « infidèles ».

Il n’est pas exclu que clan Barnawi fasse alliance avec un autre groupe islamiste, Ansaru, qui défend des idées semblables. Les jihadistes d’Ansaru ciblant, eux aussi, des étrangers. Les clans Barnawi et Ansaru ont un second point en commun : les deux groupes ont pour fief la même région du lac Tchad.

Mathias Owona Nguini, un politiste camerounais, n’exclut pas qu’un des principaux dirigeants d’Ansaru, Mamman Nur, soit même l’éminence grise du clan Barnawi. « Certains analystes estiment qu’en réalité le vrai cerveau c’est Mamman Nur mais tactiquement, il a choisi de ne pas être présenté comme le leader de la nouvelle faction. Il a préféré que ce soit Barnawi, parce que le symbole de Barnawi est important en raison de sa relation familiale avec le fondateur de Boko Haram, Mohammed Yusuf. »

Impossible de savoir quelle faction de Boko Haram l’emportera. Mais ces combats font toutefois l’affaire de l’armée nigériane, qui n’a pas voulu faire de commentaire.

 

rfi.fr

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE