Beac : Mahamat Abbas Tolli, nouveau gouverneur

Beac : Mahamat Abbas Tolli, nouveau gouverneur

45
PARTAGER

Désigné à l’issue du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la zone CEMAC, le Tchadien aura comme vice-gouverneur le Camerounais Dieudonné Evou Mekou.

Les chefs d’Etats de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), réunis en sommet extraordinaire à Malabo le 30 juillet 2016, ont désigné Mahamat Abbas Tolli au poste de gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) en remplacement de Lucas Abaga Nchama, arrivé en fin de mandat.

Le Tchadien qui a été secrétaire général de la Commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC) à Libreville, occupait depuis seulement mai 2015, le poste de président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), en remplacement du Gabonais Michael Adande. Dans son pays, il a occupé plusieurs postes ministériels dont ceux, stratégiques, des Finances et des Infrastructures.

Celui qui va désormais occuper le poste de gouverneur au siège de la BEAC à Yaoundé n’est pas un inconnu de la maison. Il aura cependant du pain sur la planche pour continuer le travail entamé par l’équipe sortante. Le bilan de Lucas Abaga Nchama, qui va libérer le gouvernorat de la banque centrale à la fin de son mandat en janvier 2017, affiche en effet des résultats exceptionnels.

Après l’application de plusieurs réformes mises en place depuis 2010, des progrès sont palpables en ce qui concerne les compétences organisationnelles, la maîtrise des risques, le perfectionnement du système d’information, ou encore la fiabilité dont jouit désormais la BEAC. Autant d’acquis que Mahamat Abbas Tolli devra rendre pérennes.

Le nouveau gouverneur de la BEAC sera secondé dans cet autre challenge par le Camerounais Dieudonné Evou Mekou, lui aussi coopté à l’issue du sommet de samedi dernier. Le nouveau vice-gouverneur de la BEAC était jusque-là directeur général de la Caisse autonome d’amortissement (CAA), institution chargée de gérer la dette de son pays.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE