Centrafrique : l’AFJC fait le point sur les cas des VBG enregistrées...

Centrafrique : l’AFJC fait le point sur les cas des VBG enregistrées dans leurs centres d’écoute

17
PARTAGER

BANGUI—Plus de 1000 cas de violences basées sur le genre (VBG), ont été enregistrés dans les centres d’écoute de l’Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC). Selon Lydie Euloge Mbelet-Koundji vice-présidente de cette association, le viol sexuel, les agressions physique, le déni de ressources et le mariage forcé sont les plus fréquents.

Selon Lydie Euloge Mbelet-Koundji, ces données ont été recensées dans les centres d’écoute installés à Bangui et dans certaines villes du pays depuis le début des conflits, « nous avons recensé plus de mille cas à Bangui et surtout dans certaines zones où l’insécurité est encore vive. C’est un chiffre qui devrait être pris avec beaucoup de réserve, car le nombre des victimes de violences augmente au fur et à mesure”, a-t-elle précisé.

Lydie Euloge Mbelet-Koundji a indiqué que plusieurs actions ont été menées pour aider les victimes afin d’avoir de réponses à leurs différentes préoccupations, « il y a des projets qui prennent en compte les victimes de violences que nous avions enregistrées. Dans ces projets, il y a des juristes, des psychologues et des para-juristes qui les accompagnent dans toutes les procédures », a-t-elle ajouté.

Pour elle, les principales victimes sont les femmes et les enfants. Cependant, avec les partenaires, des dispositions sont prises pour lutter contre les VBG à Bangui et à l’intérieur du pays.

La vice-présidente de l’AFJC a ajouté aussi que son association a formé les autorités locales des arrondissements de Bangui pour les impliquer dans la lutte, à travers des alertes sur les VBG.

L’Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC) a été créée en juin 1992 et compte aujourd’hui plus d’une dizaine de centres d’écoute à Bangui et dans certaines villes du pays.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE