Centrafrique : La fréquence des abattages des espèces protégées dans le parc...

Centrafrique : La fréquence des abattages des espèces protégées dans le parc Zanga Sangha inquiète WWF

12
PARTAGER

BANGUI, 30 Juin 2016 (RJDH)—L’abattage des espèces protégées est en hausse en Centrafrique. C’est un constat de l’ONG Word Wide Fund for Nature (WWF) qui se dit inquiète par rapport à cette situation. Cette inquiétude a été exprimée dans une interview que Jean Bernard Yarissem, coordonnateur de WWF a accordée, ce jour au RJDH.

Entre 2013 et 2015, plus de quarante éléphants ont été abattus, selon WWF dans le parc Zanga Sangha. Cette espèce protégée est menacée de disparition « si le gouvernement ne fait rien, cette espace va disparaitre d’ici là » a expliqué Jean Bernard Yarissem, coordonnateur de WWF.

Selon le coordonnateur de WWF, la fréquence des abattages est enregistrée dans tous les parcs « ce n’est pas seulement le parc de Zanga Sangha qui est touché par ces abattages mais tous les parcs que compte la RCA » précise-t-il avant d’annoncer l’inquiétude de son organisation « cette situation nous inquiète aujourd’hui car ce sont les espèces protégées du pays qui sont menacées » a-t-il fait savoir.

WWF appelle le gouvernement à prendre des mesures pour lutter contre le braconnage « il faut que le gouvernement prenne des mesures drastiques pour lutter contre les braconnages. Il faut revoir à la hausse les peines qui sont souvent prononcées contre les braconniers. Les trois ans d’emprisonnement ferme et une amende de 600000 Fcfa contre un braconnier qui a abattu la gorille de 12 ans, n’est pas à la hauteur de l’acte posé. Il est important d’aller au-delà » souhaite le coordonnateur de WWF Jean Bernard Yarissem.

Le coordonnateur de WWF a indiqué que les 60 agents forestiers déployés dans le parc Zanga Sangha, manquent de moyens pour protéger le parc contre les  braconniers lourdement armés qui viennent, selon lui du Cameroun, du Soudan et du Nigéria.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE