Centrafrique : Le vicaire de la paroisse st Sauveur déplore les conditions...

Centrafrique : Le vicaire de la paroisse st Sauveur déplore les conditions de vie des délacés de ce site

8
PARTAGER

BANGUI, le  29 Juin 2016 (RJDH)—L’abbé  Bienvenu Paterne Zolo, vicaire de la paroisse Saint Sauveur a déploré les conditions dans lesquelles vivent les déplacés de ce site. Ce religieux appelle les humanitaires à apporter l’aide nécessaire pour réduire la souffrance qu’endurent ces vulnérables. Il l’a dit ce matin dans une interview accordée au RJDH.  

Selon le vicaire de Saint Sauveur,  l’effectif des déplacés ne cesse d’augmenter sur le site de la paroisse. Il a indiqué qu’aujourd’hui plus de 2500 personnes vivent sur ce site contre  3720, il ya quelques mois.

L’abbé Bienvenu Paterne Zolo a présenté les conditions difficiles de ces personnes en ces termes « les personnes qui se trouvent sur le site ici manquent de tout. Ils n’ont pas à manger et les soins sont suspendus. Ces personnes sont en quelque sorte abandonnées à leur triste sort ».

Le vicaire de la paroisse fait état de plusieurs cas de maladies « de nombreux cas de maladies notamment infantiles sont enregistrés. Des cas de mortalité lié au manque d’assistance sanitaire ont été aussi enregistrés sur le site » a-t-il expliqué. Le religieux dit regretter la suspension de l’assistance humanitaire « les humanitaires ont suspendu leur aide alimentaire et sanitaire pour des raisons que nous ignorons. Je regrette cette situation même si l’entretien des latrines, l’approvisionnement en eau potable continuent », a-t-il déploré.

Le vicaire considère la suspension de l’appui humanitaire comme une violation du droit humanitaire international, « cette suspension es violence du droit international humanitaire à l’égard des personnes en situation difficile ».

Selon l’abbé Bienvenu Paterne Zolo cinq personnes dont trois enfants et deux personnes du 3ème âge sont morts à cause des conditions de vie sur le site.

Léonie Koudounguéré, délégué de l’abri n°6, interpelle le gouvernement à ce sujet « nous sommes livrés à notre triste sort ici. Je demande aux autorités de nous appuyer pour réduire notre souffrance ici » a-t-elle lancé.

Les déplacés du site de Saint Sauveur ont fui les violences dans les quartiers Fatima, Fondo, Sarah, Gbakondja.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE