La mission onusienne en Centrafrique condamne les attaques contre les casques bleus...

La mission onusienne en Centrafrique condamne les attaques contre les casques bleus à Bangui

11
PARTAGER

La mission des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA) a condamné fermement mardi, l’attaque contre ses forces alors qu’elles intervenaient lundi dans le quartier PK5 de Bangui suite à des troubles.

Les attaques contre les forces onusiennes sont punissables conformément aux lois internationales en vigueur et pourraient constituer un crime de guerre, indique l’ONU dans un communiqué qu’elle a publié ce mardi.

Elle appelle par conséquent toutes les parties impliquées dans ces actes criminels à la retenue et à renoncer à toute velléité de violence armée et à privilégier le dialogue et la quête permanente d’un avenir inclusif et paisible pour tous.

Le même communiqué explique que les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine ont conduit, dans l’après-midi du lundi 20 juin 2016, une opération militaire au PK5, dans le 3e arrondissement de Bangui, afin d’extraire des éléments des forces de l’ordre et de sécurité centrafricaines et des casques bleus du commissariat de Police de la zone pris d’assaut par une foule hostile.

Durant l’opération, les casques bleus ont essuyé des coups de feu et ont riposté à l’attaque. Au moins trois assaillants ont été tués et trois autres arrêtés. Un soldat de la paix a aussi été blessé par une grenade mais tous les officiers de police ont pu être extraits sains et saufs.

«Nous nous trouvons à un tournant crucial de l’histoire de la République centrafricaine, sombrer à nouveau dans la violence compromettra dangereusement les avancées démocratiques et mettra en péril les fragiles acquis de la réconciliation et de la cohésion sociale », a rappelé le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, dans ce communiqué.

Comme le stipule son mandat, la MINUSCA est en Centrafrique pour restaurer la paix, la stabilité, l’autorité de l’Etat et l’Etat de droit a précisé le communiqué

BB/od/APA

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE