Six policiers centrafricains pris en otage au Km5

Six policiers centrafricains pris en otage au Km5

13
PARTAGER

Six policiers détachés au commissariat du 3ème arrondissement de Bangui sont pris en otage depuis dimanche dernier par les membres d’un groupe armé opérant au km5

De sources proches de la police centrafricaine, les six policiers ont été enlevés alors qu’ils escortaient une équipe d’éleveurs peulhs venus de Bambari « ces six éléments de la police escortaient une équipe de peulhs venus de Bambari pour vendre leurs bœufs. Quand ils sont arrivés au km5 vers la mosquée, les éléments d’un chef rebelle nommé 50-50 les ont arrêtés. Depuis hier 16h, ils sont portés disparus avec le véhicule de la police », a confié sous anonymat une source au sein de la direction générale de la police centrafricaine.

Selon un cadre du ministère de la sécurité publique, les ravisseurs exigent la libération des éleveurs arrêtés pour détention illégale d’arme « les ravisseurs veulent que les éleveurs en situation irrégulière, soient libérés avant qu’ils ne relâchent les policiers », explique-t-il.

Le ministre Jean Serge Bokassa a confirmé et condamné l’enlèvement de ces six policiers. Le membre du gouvernement, sans apporter des précisions sur les mesures prises par le gouvernement pour leur libération, a exigé la libération sans condition de ces agents. Selon des informations, des négociations sont ouvertes avec le groupe du chef rebelle Issa alias 50-50 pour la libération de ces policiers. Ces négociations seraient menées par la Minusca, information non encore confirmée par le service de la communication de la Minusca.

Lors d’une descente ce matin au commissariat du 3ème a rencontré les autres policiers et le commissaire. Ces derniers étaient abattus. Le commissaire, visiblement fatigué et abattu n’a pas souhaité se prononcer sur l’affaire « pour le moment, je ne suis pas en état de vous répondre. J’ai des éléments en main des hommes armés, je ne sais quoi faire » affirme le commissaire. Les policiers sont, selon nos informations, détachés sans arme au commissariat du 3ème arrondissement considéré comme une zone rouge.

Des informations du RJDH attestent que les otages sont en vie. Ils seraient à la base du groupe armé à l’origine de cette opération. Issa, le chef de ce groupe armé n’a pas été joignable pour se prononcer sur le dossier. Les activités au km5 sont paralysées depuis ce matin à cause de cette situation. Au moment où le RJDH met sous presse, des tirs à l’arme lourde et légère sont entendus dans le 3ème arrondissement. Les raisons de ces tirs ne sont pas encore bien établies.

Ces policiers sont pris en otage au moment où un regain de violence est constaté sur toute l’étendue du territoire centrafricain. En août 2015, une tentative d’arrestation d’un chef rebelle du km5 nommé Haroun Gaye s’est soldée par un affrontement entre ses éléments et les casques bleus.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE