Lancement de la campagne agricole 2016/2017 de l’Office du Niger : Plus...

Lancement de la campagne agricole 2016/2017 de l’Office du Niger : Plus de 1. 200. 000 tonnes attendues toutes spéculations confondues.

9
PARTAGER

Molodo, chef lieu de zone de même nom a abrité ce 31 mai la cérémonie officielle de lancement de la campagne agricole 2016/2017. Placée sous l’autorité de représentant du ministre de l’agriculture, l’évènement avait pour thématique « la mécanisation, une alternative à la main d’œuvre et booster la production agricole ». Il a mobilisé tous les acteurs du monde rural, permis de faire le bilan de la campagne écoulée et de faire les projections pour la campagne qui vient de démarrer. Dans la même lancée, l’office a récompensé ses producteurs et ses agents les plus méritants. .

Pour la campagne qui vient de s’ouvrir, l’office compte mettre en valeur 146 113 ha de riz, 10964 de maraichage, 910 de pomme de terre et 3525 ha de mais. Il est attendu une production de 914 979 tonnes de paddy, 325 952 de produits maraichers, 16 350 tonnes de mais et en fin 31 850 tonnes de pommes de terre. Ces chiffres ont été révélés par le premier responsable de l’office du Niger M. Boubacar SOW.

Mais avant, le PDG par intérim a fait le bilan de la campagne écoulée 2015/2016. Celle-ci s’est déroulée dans les conditions optimales avec le retour progressif de la sécurité, la réalisation des travaux d’entretien à souhait et une bonne répartition des pluies dans le temps. En termes de résultat, la superficie totale mise en valeur pour le riz et pour les deux saisons a porté sur 127 711 ha et une production totale de 794 396 tonnes de paddy. La dite campagne a bénéficié de l’opération d’achat de l’OPAM qui a concerné 3104 tonnes de riz auprès des organisations paysannes. Cette opération a permis de maintenir le prix aux producteurs à un niveau acceptable.

Les cultures maraichères n’ont pas eu la même chance que le riz dira le PDG par intérim. Ici on est buté à la problématique de la conservation et de la valorisation. A ces contraintes, il faut ajouter des insuffisances dans les installations de N’Débougou, la divagation des animaux, la rareté de la main d’œuvre et l’insuffisance de l’équipement agricole. Ces difficultés trouveront des solutions durables et adaptées a assuré M. le PDG par intérim en évoquant la politique de mécanisation et de modernisation de l’agriculture engagée par le gouvernement.

Pour atteindre les objectifs fixés durant cette campagne, précise le PDG par intérim, l’office du Niger en plus de la subvention de l’engrais par l’Etat, compte réaliser les travaux d’entretien sur l’ensemble du réseau. La mise en service de 3 300 nouveaux ha sans oublier le renforcement des capacités du conseil rural. Il est aussi prévu de réhabiliter 6 300 ha et d’en aménager 3 303.

Par ailleurs l’office sera de plus en plus regardant a déclaré le PDG par intérim sur les contrats d’approvisionnement en engrais. Cela pour satisfaire aux recommandations faites par le chef de l’Etat lors de la sixième session ordinaire du conseil supérieur de l’agriculture et du lancement de la campagne agricole le 26 mai 2016 à Baguinda. Pour le PDG par intérim de l’office du Niger, tous les efforts doivent concourir à l’augmentation de la production et de la productivité. Aussi a-t-il regretté les cas de mauvais rendement constaté ça et là où des producteurs se contentent de 4 tonnes/ha au moment où leurs voisins peuvent dépasser les 8 tonnes.

Grande journée de fête, ça été une car Molodo n’a pas lésiné sur les moyens. Troupes folklorique, théâtrale ont répondu à l’appel du comité d’organisation pour donner un cachet particulier à la journée. En souhaitant la bienvenue aux hôtes, le maire de la localité M. Bayoussou DIARRA s’est dit comblé par le choix porté sur sa commune pour abriter ces cérémonies de lancement. Aussi a-t-il invité les producteurs au respect de leurs engagements. Il a sollicité de l’office du Niger la mise en eau des dépressions du daouna et la réhabilitation des pistes rurales dans la commune.

A sa suite le délégué général des producteurs de l’office du Niger, M. DAOU a lui aussi invité ses collègues à respecter les engagements. Il les a exhorté à éviter le surendettement. Il a toute fois invité les partenaires du monde paysan à prendre en compte la précarité dans laquelle baigne l’écrasante majorité des producteurs ; une situation qui ne permet pas l’investissement et qui explique en partie l’insolvabilité.

Quant au président de la chambre régionale d’agriculture de Ségou, El hadj Kola DIALLO, il s’est appesanti sur les enjeux de l’office du Niger avant d’inviter toute l’assistance à protéger cet outil stratégique de notre politique de sécurité alimentaire.

Le lancement symbolique qui a lieu dans la parcelle de service semencier national par le représentant du ministre et la remise des prix ont clôturé la journée.

MOC

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE