Qui mieux que Touadera peut aujourd’hui sortir la RCA de son orniere?...

Qui mieux que Touadera peut aujourd’hui sortir la RCA de son orniere? Encore une preuve de la determination du numero 1 centrafricain

6
PARTAGER

Le président de la RCA Faustin Archange Touadera a prononcé une allocution à l’occasion d’un déjeuner offert par la France en marge du sommet consacré aux pays bénéficiaires d’assistance des casques bleus de l’ONU. Nous vous publions le texte du professeur Touadera qui ne ménage aucun effort pour ramener la paix et la sécurité dans son pays.

• Monsieur le Ministre Jean Marc Ayrault,
Je voudrais encore une fois vous remercier et remercier la France pour l’invitation que vous avez bien voulue adressée à mon pays pour être présent à cette réunion du Conseil de Sécurité.
• Mesdames et Messieurs les Ministres,
• Distinguées personnalités,

Je suis ravi de cette deuxième rencontre qui nous permet de continuer les échanges entamés déjà il y a quelques moments au sujet de la protection des civils dans les opérations de maintien de la paix.
Cette deuxième réunion a un intérêt tout particulier pour moi, vu que mon pays est un cas de figure dans ce domaine puisqu’il a sur son territoire la MINUSCA qui est une force de maintien de la paix et qui assure en même temps la protection des populations civiles depuis un certain temps.
La vérité est que grâce à l’intervention de cette force et de l’opération Sangaris des Forces françaises le pire a été évité, en ce sens que des atrocités que nous avions connues au début de la crise ont été maitrisées.
Ces interventions efficaces ont permis le retour d’une paix et d’un climat sécurité favorables à l’organisation des consultations populaires, du Forum de Bangui, du référendum et des élections législatives et présidentielles.
Mais, notre défi reste le retour de la paix et de la sécurité durable.

La présence continue des groupes armés, des antibalaka ou ex-seleka, mais également de l’Armée de Résistance du Seigneur, pose un défi quotidien à la sécurité des civils.
C’est pour cette raison, que nous avons pensé qu’il nous faut absolument aller au DDRR si nous voulons rétablir la paix et la sécurité.
Dans cette perspective, j’ai personnellement rencontré tous les responsables des groupes armés à qui j’ai fait part de la nécessité d’aller à ce processus avec leur implication.
Beaucoup m’ont rassuré qu’ils suivront la voie que je leur ai indiquée.
Je viens de nommer à mes côtés les principaux responsables chargés de définir avec les groupes armés et autres parties prenantes au programme les mécanismes de ce DDRR.
Après quoi, nous passerons sous peu à la phase de mise œuvre.

Notre vœu est que dans l’immédiat, nous puissions bénéficier du soutien indéfectible de la communauté internationale pour réunir les moyens indispensables à l’engagement de cette opération.
Il est aussi important que la MINUSCA continue d’assurer la protection des populations civiles durant cette période et qu’elle apporte un appui aux opérations de désarmement projetées.
Parallèlement, la mise en œuvre de la RSS doit bénéficier de l’appui de la communauté internationale, puisqu’il nous faut préparer et restructurer nos forces de défense et de sécurité pour permettre d’assurer leur responsabilité première en matière de protection et de sécurité.
Je dis enfin, que mon pays a aussi l’obligation de remettre sur pied le système judiciaire et correctionnel pour lutter contre l’impunité et rendre justice aux victimes des crimes commis pendant la crise.
Dans cette perspective, nous avons besoins des Experts et Magistrats internationaux devant participer à l’opérationnalisation de la Cour Pénale Spéciale.

Je vous remercie de votre attention.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE