Des Congolais ont fait 18 morts en Centrafrique

Des Congolais ont fait 18 morts en Centrafrique

2
PARTAGER

DAKAR, Sénégal – Des soldats congolais déployés en République centrafricaine pour le compte des Nations unies ou de l’Union africaine ont tué au moins 18 personnes, dont des femmes et des enfants, entre décembre 2013 et juin 2015, a affirmé mardi Human Rights Watch.

L’organisation new-yorkaise de défense des droits de la personne reproche à la République du Congo de ne pas avoir enquêté de manière crédible sur ces meurtres et l’incite à demander des comptes à ses militaires.

HRW affirme qu’une fosse découverte en février près d’une base militaire contenait les restes de 12 personnes qui, selon les soldats congolais, s’étaient échappées après avoir été détenues en mars 2014.

Le groupe a également documenté les cas de deux leaders d’une milice chrétienne qui ont été torturés à mort à Bossangoa en décembre 2013, l’exécution publique de deux miliciens présumés en février 2014 et le décès de deux civils qui ont été battus à mort à Mambere en juin 2015.

«La découverte des 12 corps est une preuve accablante d’un crime horrible commis par les soldats congolais, qui avaient été envoyés pour protéger la population, et non pour la victimiser», a dénoncé le responsable de HRW en Afrique, Lewis Mudge.

HRW dit avoir écrit au président congolais Denis Sassou N’Guesso pour demander la tenue d’une enquête. Les pays qui fournissent des hommes aux missions de l’ONU et de l’UA sont ensuite responsables de traduire en justice les soldats accusés de crimes.

Le rapport explique que le leader d’une milice chrétienne s’est querellé avec les militaires congolais en 2014, tuant l’un d’entre eux. Les soldats ont ensuite encerclé sa résidence, arrêtant 12 personnes. On comptait parmi les détenus cinq femmes, dont une qui était enceinte, et deux enfants âgés de sept mois et dix ans.

Des témoins ont raconté avoir entendu des coups de feu et vu des traces de sang.

L’UA a temporairement suspendu les commandants à Boali et à Bossangoa en juin 2014, et leurs soldats ont été redéployés ailleurs au pays, selon le document.

Une mission onusienne a pris le relais de la force de l’UA en septembre 2014, en exigeant que les soldats congolais soient remplacés.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE