Afrique centrale : Ban Ki-moon appelle à un soutien continu à la...

Afrique centrale : Ban Ki-moon appelle à un soutien continu à la Force multinationale mixte

15
PARTAGER

NEW YORK (Nations Unies) — Préoccupé par les tensions liées aux élections en Afrique centrale, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé à un soutien continu à la Force multinationale mixte.

Dans un message lu par son représentant spécial pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, à l’occasion de la 42e Réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, M. Ban a remercié le gouvernement et le peuple centrafricains d’accueillir la réunion, en indiquant : « Il est tout à fait opportun que la réunion se déroule ici, à Bangui, suite à la conclusion pacifique de la transition politique ».

« Je félicite le gouvernement et le peuple centrafricains d’avoir franchi cette étape importante. Je souhaite saluer le rôle essentiel joué par la région pour rétablir l’ordre constitutionnel en République centrafricaine. J’encourage tous les acteurs concernés à continuer à mettre l’accent sur les mesures visant à parvenir à une paix durable en République centrafricaine, y compris dans le cadre du Comité », a déclaré le secrétaire général des Nations Unies.

Il a par ailleurs souligné : « Je demeure préoccupé par les tensions liées aux élections dans la sous-région de l’Afrique centrale, et qui ont parfois donné lieu à des actes de violence. Ces événements compromettent les initiatives en cours visant à consolider la stabilité, le développement et la démocratie ainsi que les efforts d’intégration nécessaires dans l’ensemble de la région ».

Il a donc appelé « les dirigeants et les citoyens à œuvrer en toute bonne foi afin de parvenir à un règlement pacifique de ces différends, d’une manière qui soit propice au dialogue et conforme aux cadres juridiques, aux normes démocratiques et aux aspirations plus vastes de l’électorat ».

« La sous-région reste en proie à de nombreux défis sécuritaires, notamment les attaques menées par Boko Haram. Ces attaques ont de graves conséquences dans les domaines humanitaire, des droits de l’Homme et socioéconomique. Par conséquent, l’Organisation des Nations Unies appuie l’élaboration d’une approche globale pour lutter contre Boko Haram qui s’attaquerait aux causes profondes de cette menace. J’appelle à un soutien continu à la Force multinationale mixte », a poursuivi le secrétaire général des Nations Unies.

La 42e Réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale s’est ouverte le 6 juin à Bangui, en République centrafricaine. Les experts, qui se sont réunis du 6 au 9 juin, avant une rencontre des ministres prévue le 10 juin, ont fait le tour d’horizon des dossiers sécuritaires de la sous-région : piraterie maritime dans le golfe de Guinée, prolifération des armes légères et de petit calibre, phénomène du braconnage et du trafic illicite des espèces sauvages, tensions électorales, trafic des drogues, criminalité transnationale organisée, groupes armés et terroristes, etc. La lutte contre Boko Haram et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) font partie des points qui mobilisent l’attention des participants.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE