Centrafrique: L’idée d’audit de la transition saluée par des forces vives

Centrafrique: L’idée d’audit de la transition saluée par des forces vives

6
PARTAGER

BANGUI, 20 Mai 2016(RJDH)—Certains leaders politiques et de la société civile ont apprécié l’idée du nouveau gouvernement d’auditer les institutions de la transition. C’est une démarche attendue par ces leaders qui pensent que cette opération va permettre d’établir des responsabilités dans la gestion de la transition.

Cet audit est une manière de rendre justice aux Centrafricains, selon Joseph Bedounga président du Mouvement Démocratique pour le Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC) “c’est à cause de la male gouvernance, du détournement et surtout du don Angolais que cette idée est judicieuse. Je pense que cet audit est une manière de rendre justice au peuple centrafricain” a t-il expliqué.

Ce leader politique pense qu’il était mieux d’étendre cette opération “ce n’est pas seulement la transition qui devait être visée. Il fallait étendre cette opération jusqu’en 2003 au moment du coup d’Etat de Bozizé parce que la descente aux enfers a commencé depuis ce jour” a souhaité Joseph Bendouga.

Le président du MDREC se dit rassuré bien qu’il ait été ministre pendant la transition “j’ai été membre du gouvernement mais je suis serein parce que j’avais fait mon travail. Je n’ai rien emporté” a précisé ce dernier.

Un autre politique qui a requis l’anonymat s’inquiète que cet audit soit utilisé pour régler des comptes “c’est une bonne chose de faire le point sur la transition mais je crains que cela soit utilisé pour régler des comptes” avance t-il.

Gervais Lakosso, coordonnateur du groupe de travail de la société civile sur la crise en République Centrafricaine, trouve normale cette idée « après la gestion de la chose publique, il est normal  que cette gestion soit auditée. Pour moi, ce n’est pas de l’extraordinaire » précise t-il avant de demander aux nouvelles autorités d’éviter le piège de la chasse aux sorcières.

Plusieurs scandales ont éclaté sous la transition notamment le don angolais, l’attribution de plusieurs marchés publics, la réhabilitation du siège du Conseil National de Transition, la gestion de la municipalité.

Les réactions de ces leaders sont recueillies 24 heures après le conseil des ministres qui a décidé que les institutions de la transition soient auditées.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE