Centrafrique : Les journalistes centrafricains rendent un dernier hommage à Patrick Stéphane...

Centrafrique : Les journalistes centrafricains rendent un dernier hommage à Patrick Stéphane Akibata

10
PARTAGER

BANGUI, 02 juin (RJDH)—De nombreux journalistes centrafricains ont pris part ce matin aux funérailles de Patrick Stéphane Akibata, directeur de publication du journal le charpentier. Les professionnels des médias interrogés ont fait des témoignages émouvants sur le disparu.

Prudence Yameté, ancienne employée de Patrick Stéphane Akibata garde du défunt la rigueur qui l’a aidée à s’imposer dans le métier « j’ai commencé à faire des piges au sein de la rédaction de Akibata qui m’a marquée par sa rigueur dans la correction. Cette attitude m’a poussée à faire plus d’effort et aujourd’hui à avoir ma place entant que femme dans le milieu. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais » témoigne-t-elle.

Ronald Kradjeho, assistant en communication au CICR considère cette disparition comme une perte difficile à combler. Pour lui, Akibata est un parrain « La mort de Patrick Stéphane Akibata est une grande perte pour la presse Centrafricaine. Pour moi, il a été un parrain parce que c’est lui qui m’a appris le métier. Jusqu’aujourd’hui, je continue de suivre ses conseils » a reconnu ce dernier.

Bienvenu Gbelo, journaliste à Radio Ndéké Luka,  garde la générosité et l’humilité du défunt « c’est un homme généreux, gentil et humble. Je l’ai connu en 2011, quand j’étais stagiaire au journal le confident, précisément le jour de la proclamation des résultats provisoire des élections de 2011. A cette époque, il était le  conseiller en communication du président de la CEI. Les résultats étaient publiés un peu tardivement et à la fin, il nous a déposés chacun à son domicile. C’est depuis ce jour-là que j’ai fait la connaissance de cet homme qui n’est plus aujourd’hui » témoigne-t-il.

Patrick Stéphane Akibata est mort le 26 mai dernier à l’âge 44 ans. Il laisse deux femmes et six enfants.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE