Centrafrique: Le chef de la Minusca met en garde les groupes armés...

Centrafrique: Le chef de la Minusca met en garde les groupes armés qui s’agitent

11
PARTAGER

Interrogé sur les incidents des dernières semaines dans certaines localités en Centrafrique, le chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), Parfait Onanga-Anyanga se dit conscient du fait et, tout en déplorant son caractère communautaire. Lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission Il a indiqué que ces incidents ne visent pas les institutions de la République.
« Personne ne conteste les institutions légitimement élues », a dit Onanga-Anyanga qui a mis en garde contre « toute tentative d’un groupe armé visant à marcher sur Bangui dans le but de déstabiliser les institutions mises en place sera stoppée avec énergie».

Parfait Onanga-Anyanga, a salué les consultations initiées par le Chef de l’Etat centrafricain, Faustin Archange Touadéra, avec les groupes armés dans le pays. « Il faut s’inspirer de l’initiative du président de la République. C’est un dialogue inclusif qu’il faut poursuivre », a dit le chef de la Minusca.

Lors de cette conférence, Onanga-Anyanga a rappelé les responsabilités de chaque Centrafricain à œuvrer pour la cohésion sociale, la justice et l’égalité. « Le vouloir vivre ensemble va se matérialiser même si ce n’est pas une tâche facile. Votre pays a la capacité de rebondir», a ajouté le Représentant spécial, tout en soulignant le besoin de « parler des horreurs passées pour éviter un nouveau cycle de la violence ».

Le Représentant spécial a assuré le plein engagement de la Minusca à l’aider le peuple et aux autorités à se relever de la crise et à soutenir les efforts notamment la lutte contre l’impunité, avec la future création d’une Cour spéciale. Ce soutien, d’après Onanga-Anyanga, commence déjà à se matérialiser par les visites, les semaines dernières en Centrafrique, de plusieurs hauts responsables des Nations Unies et d’autres partenaires du pays

Onanga-Anyanga s’est prononcé sur la Sangaris, en exprimant sa satisfaction que l’opération ait, à la demande des autorités centrafricaines, maintenu une capacité de réaction « extrêmement appréciable et dissuasive ». « Et, certains éléments de Sangaris viendront se joindre à la Minusca », a-t-il renchérit. Le Représentant spécial a néanmoins précisé que « les contingents que nous avons (la Force) ne sont pas des contingents de touristes. Ce sont des militaires qui connaissent le métier de la guerre et qui sont ici. Notre mandat c’est précisément de nous assurer que personne ne se lève un matin avec les armes, pour remettre en cause une autorité nationale et des institutions établies par le vote des centrafricains». Il souhaite également une montée en puissance progressive, structurée, organisée des forces nationales de sécurité y compris des FACA, grâce au travail de formation de l’Union Européenne.
Alors que la Centrafrique se prépare à rencontrer les partenaires bilatéraux et internationaux en novembre prochain, à l’invitation de l’Union Européenne, le Représentant spécial encourage les autorités centrafricaines à convaincre ces derniers à travers des réformes courageuses. « Nous faisons le plaidoyer pour que d’ici novembre, la RCA puisse bénéficier de l’appui de la communauté internationale », a-t-il précisé.

Sur le prochain mandat de la Minusca, le Représentant spécial a rappelé que les priorités seront celles du gouvernement centrafricain, en précisant qu’il sera notamment axé sur la protection des civils, la réduction du niveau de la violence à travers la réforme du secteur de la sécurité et l’accompagnement du pays à établir des institutions fortes.

Bangui, Eric NGABA Pour CNC

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE