Centrafrique : La ville de Paoua paralysée après une altercation entre les...

Centrafrique : La ville de Paoua paralysée après une altercation entre les jeunes et les ex-Séléka

18
PARTAGER

BANGUI, 31 mai 2016—Une altercation entre les jeunes et les ex-Séléka a paralysé la ville de Paoua depuis hier soir. Quelques coups de feu ont été entendus dans la ville, ce qui a contraint la population à rester terrée chez elle.

La tension entre les jeunes et les ex-Séléka serait partie d’une affaire de femme, selon des sources contactées dans la ville « à l’origine de cette tension, il y a une affaire de femme entre un ex-Séléka et un jeune commerçant. Les deux rivaux se sont retrouvés au marché dans la journée d’hier et l’ex-Séléka a tenté de poignarder le commerçant heureusement, la Minusca est arrivée sur les lieux et a emporté le combattant. C’est quand les jeunes ont brulé sa moto que les autres ex-Séléka positionnés à 5 km ont envahi la ville » a confié une source jointe ce matin dans la localité.

De sources concordantes, les ex-Séléka sont entrés dans la ville avec plusieurs motos. Quelques coups de feu ont été entendus « après l’arrestation d’un des leurs, ceux qui se trouvent à 5 km de la ville, sont entrés à bord d’une trentaine de motos. Ils ont commencé à tirer puis, ils ont pris position prêt de la gendarmerie. Tout le monde était obligé de rentrer à la maison. La ville est paralysée depuis hier soir à cause de cette situation » a témoigné un notable.

Une autorité locale confirme la tension mais relève qu’un calme est revenu, ce matin grâce à la Minusca « il y a certes tension dans la ville mais depuis que la Minusca a multiplié les patrouilles, les ex-Séléka se sont retirés de la ville. Ils sont dans les périphériques mais c’est la peur qui est encore papable » a-t-elle expliqué.

Un ex-Séléka joint ce matin par le RJDH accuse les jeunes de la ville d’avoir provoqué cette tension. Il appelle à la libération du combattant arrêté par la Minusca « c’est depuis notre arrivée que les jeunes nous provoquent. Nous l’avons évité mais pour hier, ce n’était pas possible parce que nous avons un frère d’arme qui est arrêté. Nous tenons à la libération de notre confrère sans quoi, nous resterons positionnés et en alerte » a-t-il lancé.

Le député de Paoua, joint au téléphone condamne cette nouvelle tension. Pour lui, la réaction des ex-Séléka est un coup préparé « c’est depuis des semaines qu’ils se sont regroupés à l’entrée de la ville. La tension qu’ils ont créée est intentionnelle et préparée. Je dénonce cette attitude qui ne pourra jamais contribuer au retour de la paix dans la région » regrette cet élu qui appelle la Minusca à renforcer ses dispositifs pour protéger la population civile « les habitants de Paoua sont pris en otage par ce mouvement armé. Il faut que la Minusca prenne ses responsabilités afin de garantir la sécurité des civils » souhaite-t-il.

Depuis un mois, plusieurs groupes d’ex-Séléka se sont rassemblés à 7 km de Paoua, une ville considérée comme l’un des fiefs de la rébellion Révolution Justice (RJ)

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE