CAN 2017: Salif Keita, le footballeur qui fait rêver la Centrafrique

CAN 2017: Salif Keita, le footballeur qui fait rêver la Centrafrique

20
PARTAGER

La qualification pour la CAN 2017 est à portée de rêve pour la Centrafrique. Deuxième du groupe B derrière la RD Congo, les Fauves de Bas-Oubangui affrontent l’Angola dimanche à Bangui. Une victoire placerait à coup sûr les Centrafricains en bonne position… Un espoir incarné par le chouchou des supporteurs : Salif Keita.

« Se qualifier, c’est ramener la paix et la cohésion. » Cette phrase, Salif Keita en a fait son credo dès le début des éliminatoires pour la CAN 2017. À 26 ans et après 21 sélections, le défenseur central s’affirme davantage à chaque confrontation et motive ses coéquipiers. « Salif a tous les atouts pour débloquer un match et déstabiliser l’adversaire », confirme le sélectionneur centrafricain des ‎Fauves de Bas-Oubangui, Hervé Loungoundji.

Keita en a fait la démonstration contre Madagascar en mars. À dix minutes de la fin du match, la situation se complique pour la Centrafrique qui est menée 1-0, alors que la RD Congo bat l’Angola à Kinshasa (2-1). Sur un coup de pied arrêté, Salif Keita marque le but égalisateur – son deuxième en sélection. La Centrafrique obtient ainsi de justesse le précieux point qui lui manquait pour ne pas être éliminable.

Décisif en défense

Contre la RD Congo à Bangui en septembre 2015, il remet ça, mais en défense cette fois, permettant à son équipe de ne pas prendre de but. Résultat : 2-0 pour la Centrafrique. Les supporteurs scandent son nom. Et l’attaquant vedette Hilaire Momi de dire sa sérénité lorsque Salif Keita est présent : « Pour moi, il reste l’un des meilleurs défenseurs que le pays a connus. »

Après un début très compliqué lors de la première journée (lourde défaite à Luanda 4-0, en juin 2015), les Centrafricains sont relancés dans le groupe B. À deux points du leader – la RD Congo -, ils tiennent cette fois une bonne chance de qualification. Ce qui serait une première : le pays n’a jamais réussi à participer à la phase finale d’une compétition internationale.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE