Linga-Téré, poumon culturel de Centrafrique

Linga-Téré, poumon culturel de Centrafrique

43
PARTAGER

Dans le quartier populaire de Galbadia, à Bangui, se trouve un espace nommé Linga-Téré qui est, depuis vingt ans, la principale structure culturelle de tout le pays, avec son théâtre de verdure, sa radio FM, ses équipements informatiques, ses ateliers de création et résidences d’artistes, bref, un poumon culturel en Centrafrique et un repère pour la jeunesse banguissoise.

« Linga », en sango, la langue de la République centrafricaine, désigne un instrument de musique fait d’un tronc d’arbre sur lequel, à coups de baguette, se transmettent les nouvelles, un équivalent du tambour messager. « Téré » renvoie à l’un des trois personnages fondateurs de la mythologie centrafricaine, il est l’incarnation du conte. Pour baptiser le lieu qui véhicule sa culture centrafricaine, le metteur en scène Vincent Mambachaka a réuni donc ces deux mots-clés. Si un tel espace a pu voir le jour à Bangui en 1992, c’est grâce au succès de la pièce Songo la rencontre, cosignée par Mambachaka et le dramaturge français Richard Demarcy, qui fut son professeur de théâtre en France, pièce actuellement reprise à Paris.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE