Le rapprochement inévitable entre Bangui et Ndjamena

Le rapprochement inévitable entre Bangui et Ndjamena

15
PARTAGER

En visite officielle à Ndjamena, le président centrafricain s’était fixé pour seul objectif de réchauffer les relations entre son pays et le Tchad. Il espère notamment obtenir le soutien d’Idriss Déby Itno pour financer le programme de désarmement centrafricain.

Faustin-Archange Touadéra s’est rendu ce mardi 10 mai à Ndjamena pour une visite de travail. Le président centrafricain a notamment rencontré son homologue tchadien, Idriss Déby Itno. Les deux hommes, qui se sont longuement entretenus, ont pris la résolution de raffermir les relations entre leurs pays. Celles-ci étaient notoirement tendues depuis la transition de Catherine Samba-Panza. En janvier 2014, le Conseil national de transition centrafricain avait choisi celle-ci comme chef d’Etat. Issue de la société civile, elle était la première femme à présider le pays, qui traversait une crise politique majeure depuis que son prédécesseur, le président Michel Djotodia, avait été poussé à la démission le 10 janvier 2014.

Jugée « compétente » et « incorruptible », Catherine Samba-Panza a fait du désarmement des milices et de la réconciliation entre chrétiens et musulmans ses priorités. Mais dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre 2015 la Centrafrique connaît un nouvel accès de violences interreligieuses. Pendant plusieurs jours, Bangui sera le théâtre d’attaques et de scènes de pillages. 61 personnes ont trouvé la mort et plus de 300 ont été victimes de tirs par balle ou de coups de machettes. Idriss Déby Itno estime alors que la transition dans ce pays doit « s’arrêter » et que des élections doivent être organisées avant la fin 2015. « Mieux vaut une mauvaise élection qu’une transition chancelante », avait-il lancé quelques jours avant les tragiques événements de septembre.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE