Mélange de clientélisme et de pots de vins, où va la pouvoir...

Mélange de clientélisme et de pots de vins, où va la pouvoir de Touadera ?

16
PARTAGER

BANGUI– Comme le déclarait Joseph Bendouga, le président du mouvement democratique pour la renaissance et l’évolution de Centrafrique (MDREC) il y a peu : “ca part mal !”. Les 100 jours de grâce de Faustin Touadéra comme président de la république baignent déjà dans les répétitions des sales manœuvres de François Bozize son mentor.

Raser les murs, refuser de réagir aux multiples accusations de fraudes et autres truquages de toutes sortes qui pleuvent sur sa tête, Faustin Archange Touadera préfère aller se promener à l’extérieur dès que possible, ne ratant aucune invitation en Europe. Au moment ou la crise malheureusement repart dans ces provinces qu’il refuse de visiter, lui se perd dans de médiocres complots du dit marigot politique centrafricain et s’y enfonce sans même s’en rendre compte.

Elu sous des fraudes massives, mais validé au nom de la désormais sacro-crainte “paix sociale”, prétexte de justification à toutes les dérives, plutôt que de quêter un semblant de crédibilité, il se noie dans la médiocrité et les basses manœuvres de la mal gouvernance.

NETTOYAGE A SEC

Que la nouvelle administration s’installe et fasse le ménage, rien de plus normal, d’autant plus qu’elle prend la suite d’un pouvoir indu, illégal issu d’un coup d’état, et que par ailleurs, la phase politique de transition n’aura été qu’une catastrophe à tous les niveaux. En résumé, Catherine Samba-Panza en figure de proue, ne fut qu’une cheffe de mafia pour dépouiller la Centrafrique.

Ce qui actuellement inquiète les observateurs de la politique centrafricaine, c’est cette propension du nouveau chef de l’état à quasiment restituer d’anciens séides politique de Bozizé à leurs anciens postes. Leurs noms sont déjà largement diffusés dans les media.

Le cas le plus parlant est celui de Rachel Ngakola aux Douanes, chassée comme une malpropre, accusées sans preuves – comme toujours en RCA d’avoir soudoyée la presse-

Le problème de cette dame est qu’elle cumule le défaut d’être la compagne de l’ex PM Mahamat Kamoun, et surtout d’être une très bonne amie de CSP.

Soit, mais pourquoi en la remplaçant, des fonctionnaires des Douanes qui n’ont rien à voir dans cet embrouillamini en payent le prix en se faisant licencier sans justification ? Le même processus s’est répété dans différents autres ministères.

ET POURTANT…

C’est Faustin Touadera soit-même qui a remis en selle l’abominable Abdou Karim Meckassoua, en l’autorisant à non seulement arroser le maximum de députés qu’il pouvait pour se faire ‘élire’ à la tête du Parlement, mais également pour corrompre tous les réticents présents et à venir à la politique du président.

Karim Meckassoua ne s’est pas gêné pour le dire dans son discours de clôture de la première session de la nouvelle assemblée, les députés seront des poupées couchées au service du pouvoir. Ruinant de la sorte le semblant de crédibilité qui pouvait être accordé à ce Parlement.

Mais qu’attendre de cette Centrafrique qui a cette sale manie de remettre toujours les mêmes truands au pouvoir ?

Nous voici tout simplement revenus au bon temps de François Bozizé !

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE