Les Casques bleus offrent des soins et des biens aux populations centrafricaines

Les Casques bleus offrent des soins et des biens aux populations centrafricaines

6
PARTAGER

Plus de 600 personnes du village de Botto au centre nord de Centrafrique ont reà§u ce vendredi des soins médicaux gratuits offerts par le bataillon du Bangladesh.

Au lycée polyvalent de Kaga-Bandoro, les 20 meilleurs élèves se sont vus offrir, de la part du bataillon Pakistanais II, des habits, des cahiers et des ballons de football offerts.

Ces dons ont été offerts lors de la célébration de la Journée internationale des casques bleus de la MINUSCA.

Au cours de la visite médicale, cinq personnes souffrant de maladies graves ont été diagnostiquées et évacuées immédiatement à l’hôpital militaire bangladeshi à Kaga-Bandoro pour y subir des interventions chirurgicales.

Le bataillon a en outre offert un lot de médicaments à l’hôpital régional universitaire de Kaga-Bandoro, composé de cartons de vermifuges, antipaludéen, anti-inflammatoires et des pommades contre les lésions dermiques.

La population a souhaité la poursuite d’une telle opération, car depuis le début de la crise en Centrafrique elle est confrontée à d’énormes problèmes de santé et manque de moyens pour se soigner.

Le programme a permis de voir l’état d’avancement d’un projet à impact rapide initié par le bataillon pakistanais à Yagarandji, 14 km de Kaga-Bandoro sur l’axe Bangui.

La population s’est dite satisfaite du travail accompli au quotidien par les casques bleus de la MINUSCA, au risque de leur vie, en témoignent les multiples patrouilles dans la préfecture et les postes statiques installés dans les lieux stratégiques de la préfecture.

Pour sa part, le préfet de Nana Gribizi, Gaston Yendemo, a souligné que « grâce aux sacrifices consentis par les casques bleus de la MINUSCA pour sécuriser la région, aujourd’hui la population peut circuler librement dans la préfecture en toute quiétude et sécurité, sans se soucier de rien».

Cependant, il a lancé un appel au gouvernent centrafricain au redéploiement rapide des forces de sécurité intérieures, pour soutenir les énormes sacrifices consentis par les casques bleus de la MINUSCA dans la préfecture de Nana Gribizi.

Et pour cause, a-t-il souligné, « les forces de la MINUSCA dans la région ne peuvent pas se substituer à la place des forces de sécurité intérieures, mais elles doivent plutôt les accompagner dans la restauration de l’autorité de l’Etat, conformément à son mandat »

BB/cat/APA

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE