Centrafrique: La Minusca se prépare à célébrer la journée internationale des casques...

Centrafrique: La Minusca se prépare à célébrer la journée internationale des casques bleus

13
PARTAGER

La célébration de la Journée internationale des casques bleus, le 29 mai, a débuté depuis lundi dernier à Bangui, Bouar, Bossangoa et à Kaga Bandoro, en République centrafricaine, avec des activités sociales menées par les soldats de la paix de la MINUSCA. Le 28 mai, une cérémonie officielle va rassembler tout le personnel de la MINUSCA en présence des hautes autorités centrafricaines, du corps diplomatique et d’autres partenaires.

Tout au long de la semaine, des activités sont organisées par la MINUSCA tant à Bangui que dans les secteurs ouest, est et centre, en partenariat avec des institutions nationales et la société civile. La Force et la Police sont particulièrement impliquées dans ces activités qui consistent notamment en de travaux de salubrité, de soins médicaux gratuits, nettoyage d’infrastructures scolaires et d’édifices publics ainsi que la collecte de dons, de ventes de charité au profit des plus démunis.

A Bangui la capitale centrafricaine, les casques bleus rwandais ont nettoyé le marché du 3e arrondissement tandis que des jeunes et des femmes du 6e arrondissement ont participé à une rencontre sur le mandat de la Mission. Plusieurs activités ont été réalisées dans la journée du 26 mai dans la capitale. Un Cross avec le Réseau des femmes policières, les autorités MINUSCA et Forces de Sécurité Intérieur (FSI), Femme FSI, UNPOL femmes, staff civil a ouvert la voix au déroulement de ces activités relative à la célébration de cette journée. Cela a commencé par le nettoyage du Lycée professionnel féminin à Bangui se trouvant dans un état de délabrement avancé et des patrouilles mixtes dans la ville de Bangui, aussi une visite au bureau de l’Association des taxi-motos pour la sensibilisation au respect du Code de la route et la sureté des passagers.

Dans les environs de la ville de Bouar, les casques bleus du Bangladesh ont distribué des cahiers aux élèves et instituteurs de l’école de Doaka, et animé une campagne de sensibilisation médicale à Botto, à Kaga Bandoro. Au village de Botto, 10 km de Kaga Bandoro, environ 600 personnes ont reçu des soins médicaux gratuits par le bataillon du Bangladesh. Au lycée polyvalent de Kaga-Bandoro, les 20 meilleurs élèves ont reçu des habits, des cahiers et des ballons de football offerts par le bataillon Pakistanais II.

Dans son message pour marquer la journée, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon a salué des casques bleus qui « incarnent les aspects les meilleurs de la solidarité mondiale » afin d’assurer « la sécurité de certaines des populations les plus vulnérables». L’inauguration de la «Médaille capitaine Mbaye Diagne pour courage exceptionnel » sera un moment fort de l’édition 2016 de la Journée des casques bleus. En 1994, cet officier sénégalais avait sauvé au péril de sa vie plusieurs centaines de personnes du génocide au Rwanda.

La Journée internationale des casques bleus est célébrée cette année sous le thème «Rendons hommage à nos héros», afin d’exprimer la reconnaissance des Nations unies envers ces hommes et femmes ayant perdu leur vie dans l’exercice de leurs fonctions. L’autre objectif est d’encourager ceux qui sont sur le terrain à poursuivre leur noble mission. En 2015, 129 soldats des 16 opérations de maintien de la paix des Nations unies sont tombés dans la quête de la paix et de la stabilité. Depuis son installation en 2014, la MINUSCA a perdu 21 soldats en Centrafrique.

La MINUSCA compte quatre compagnies du génie : celle du Pérou, déployée à Bouar (Ouest), de l’Indonésie, à Bangui, du Pakistan, à Kaga-Bandoro (Centre) et du Cambodge, à Bria (Centre-Est). Leur rôle est de faciliter l’installation de la Mission à travers le pays, dont la conception et la construction de bases militaires et de permettre la mobilité des casques bleus pour qu’ils puissent s’acquitter de leur mission de protection des populations civiles et restauration de l’autorité de l’Etat.

Eric NGABA

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE