Centrafrique : La Minusca rend hommage à ses héros

Centrafrique : La Minusca rend hommage à ses héros

9
PARTAGER

A l’instar de toutes missions onusiennes à travers le monde, la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en Centrafrique) a célébré la journée internationale des casques bleus des Nations Unis de chaque 29 mai. Cette célébration sous le thème « Rendons hommage à nos héros, est organisée le 28 mai au siège de la Minusca à Bangui.

Le 70ème anniversaire de la journée internationale des Casques bleus des Nations Unies a été une réussite de la Mission onusienne la République centrafricaine. La célébration de cette journée a rassemblé tout le personnel de la MINUSCA en présence des hautes autorités centrafricaines, du corps diplomatique et d’autres partenaires au siège de la mission à Bangui. Cela s’est déroulé en présence du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, ainsi que du ministre centrafricain de la défense représentant le premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, accompagné des quelques membres du gouvernement dont celui de sécurité publique.

Dans son message relatif à cette journée commémorative, le Secrétaire général de l’ONU, Ba Ki-Moon a salué le rôle que joue MINUSCA dans des périodes cruciales en République centrafricaine. « En République centrafricaine, les Casques bleus ont aidé à organiser les élections présidentielles et législatives d’importance historique qui ont permis à ce pays naguère en proie à de graves troubles de s’engager sur la voie de la paix et de la stabilité ».
Le Secrétaire général n’a pas caché son indignation face aux multiples cas d’exploitation et abus sexuels qui continuent de ternir l’image des opérations des Nations Unies à travers le monde. Il a interpellé les casques bleus sur l’importance de les opérations de maintien de la paix qui constitutions une force pour le bien à travers le monde.

« Il est essentiel de mettre fin aux cas particulièrement préoccupants d’exploitation et d’atteintes sexuelles commises par les forces internationales déployées dans les régions en proie à des troubles. Je n’ai eu de cesse d’appeler à placer les victimes au cœur de notre action. Je m’efforce activement d’aborder ce grave problème chaque fois que j’en ai la possibilité tout en exhortant les Etats Membres, seuls habilités à sanctionner leurs soldats, à imposer des mesures sévères afin de faire pleinement justice aux populations touchées et de soulager la douleur qu’elles ressentent », a-t-il souligné.

La célébration de la Journée internationale des casques bleus a débuté depuis lundi le 23 dernier en République centrafricaine, dans la capitale Bangui, à Bouar, Bossangoa et à Kaga Bandoro, avec des diverses activités sociales menées par les soldats dits de la paix de la MINUSCA. Des déplacements avec les professionnels des médias ont été organisés par la MINUSCA dans les villes citées ci-haut à l’intérieur du pays.

Cette Journée commémorative des casques bleus est célébrée afin d’exprimer la reconnaissance des Nations unies envers ces hommes et femmes ayant perdu leur vie dans l’exercice de leurs fonctions. L’autre objectif est d’encourager ceux qui sont sur le terrain à poursuivre leur noble mission. En 2015, 129 soldats des 16 opérations de maintien de la paix des Nations unies sont tombés dans la quête de la paix et de la stabilité. Depuis son installation en 2014, la MINUSCA a perdu 21 soldats en République Centrafricaine. La force de la MINUSCA est constituée de 10219 hommes dont 9815 soldats, 260 officiers d’état-major et 144 observateurs militaires. 20 pays en sont contributeurs. Il s’agit du Cameroun, du Gabon, de la République du Congo, du Bangladesh, du Burundi, de l’Indonésie, du Maroc, du Pakistan, du Rwanda, du Sri Lanka, du Cambodge, de la Serbie, de l’Egypte, du Népal, de la Zambie, du Niger, du Sénégal, du Pérou, de la Mauritanie et du Benin. La Minuca a un mandat de protéger la population civile, appuyer le processus politique, appuyer l’extension de l’autorité de l’Etat du maintien de l’intégrité territorial et de soutenir l’action humanitaire.

Bangui, Eric NGABA Pour CNC

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE