Centrafrique : la MINUSCA minée par les scandales sexuels tente désespérément de...

Centrafrique : la MINUSCA minée par les scandales sexuels tente désespérément de redorer son blason

5
PARTAGER

Bangui– Entre les cadeaux offerts aux civils et même l’instauration d’une journée en RCA dédiée a sa cause, l’institution onusienne en Centrafrique totalement décrédibilisée fait de son mieux pour se refaire une virginité, avec Parfait Onanga Anyanga comme pompier de service.

Ce 1er Juin, le représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Parfait Onanga Anyanga tenait la conférence hebdomadaire de la MINUSCA à Bangui. Pour dire quoi, étant entendu que l’institution dont il a charge est noyée dans les scandales sexuels et de multiples dénonciations en province d’incapacité ?

Dans une intervention un peu hors sol, il a fait dans les évidences et les banalités.

Evoquant le soutien de la MINUSCA aux nouvelles autorités centrafricaines, cela nous semblait pourtant être un minimum, il parlait des prochaines priorités de la MINUSCA, en s’appuyant sur trois piliers : Protection de civils, Réduction des violences dans le pays et Protection des institutions; ce ne sont que des redites, qui dès le départ justifiaient la présence des forces onusiennes en RCA.

Quel est donc l’intérêt de les répéter encore, si ce n’est indirectement d’avouer que la MINUSCA a failli en Centrafrique ?

Et si en local, le sujet ne passionne pas les centrafricains traumatisés, le reste du monde, pour une fois vigilant, attendait de lui autre chose que des “ouvrages de portes ouvertes”, mais du concret sur l’avancée des enquêtes sur les cas d’accusations de viols massifs par ses soldats dits de la paix, et surtout par ceux de la Sangaris, dossier bétonné d’ores et déjà par la France, et donc enterré.

Parfait Onanga Anyanga doit cesser de prendre les centrafricains pour des idiots en faisant l’autruche.

L’ONU a perdu toute crédibilité dans ce pays, depuis qu’elle a commencé par étouffer les dénonciations des accusations de viols sur mineur(e)s par ses soldats, censément venus les sauver depuis 2014. Elle a perdu toute crédibilité dans ce pays, depuis qu’elle n’a même pas le courage de citer publiquement la FRANCE comme ayant au sein de son armée des violeurs en Centrafrique. Pourquoi nommément citer des pays africains comme le Congo, le Rwanda, le Cameroun, le Burundi et autres, et pas la France ?

Si l’ONU n’a pas pouvoir judiciaire sur les soldats de la ‘paix’ violeurs, elle a au moins celui de renvoyer les dits violeurs.

A CE TITRE LES SOLDATS DE LA SANGARIS DOIVENT ETRE IMMEDIATEMENT EXPULSES DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE. L’ONU EN A T’IL LE COURAGE ?

Côté nouveau pouvoir centrafricain, c’est motus et bouche cousue. A New York, interrogé par LNC, Faustin Touadera le nouveau locataire du Palais de la Renaissance avouait son ignorance totale de toutes ces affaires d’accusations de viols. Pire, de concéder que la RCA n’a pas elle-non plus ouvert d’enquête.

Depuis, le dossier, comme celui des réfugiés, toujours survivant dans les pays limitrophes dans des conditions abominables n’est pas dans l’agenda des priorités du pouvoir.

Un proche de Touadera, agacé, et sous anonymat, de même avouer à LNC récemment :

Mais que voulez-vous que l’on fasse, on ne va quand même pas dénoncer publiquement la France non ?

L’INSECURITE TOUJOURS PRESENTE EN PROVINCES

La RCA est-elle partie comme en RDC pour subir pendant au moins 15 ans sur son territoire l’inefficacité chronique des opérations de l’ONU en Afrique ?

Il est évident que, tout comme Samba-Panza, Faustin Touadera n’est pas prêt de mettre ses souliers cirés en province, préférant s’adonner à son occupation préférée, le tourisme en occident; ce ne sera pas de lui que viendra le salut pour les centrafricains des provinces abandonnées. Faustin Touadera d’entrée a démontré au monde son incapacité à être le Chef de l’état de la Nation. Il ne s’use qu’à replonger dans les même maux de mal gouvernance et d’incompétence de gestion de ce pays. Samba-Panza fut nullissime, Touadera, pas mieux ! Et ce ne seront pas ses magouilles avec le truand Meckassoua, ni encore moins de ressortir de la naphtaline tous les anciens conseillers de Bozizé qui vont arranger son cas de ‘usual suspect’.

La sécurité du pays revenant donc aux forces de l’ONU, qui malheureusement, depuis 3 ans, peinent. Elles font toujours de la police APRES COUP, en se révélant être incapable d’anticipation. Concernant les SANGARIS, elles ne font plus des opérations militaires, mais de l’auto-promotion pour leur propre gloire, pourtant inexistante. François Hollande à Bangui dernièrement ne s’intéressait qu’à L’HONNEUR SALI DE SON ARMEE, en foulant du pied le sort de tous ces enfants centrafricains, sans défense, que ses soldats ont meurtri, et de la pire des manières.

Parfait Onanga Anyanga ce matin en conférence de presse réinventait l’eau chaude. Parlant de l’insécurité chronique dans les provinces centrafricaines, tel un nouveau né, de déclarer : « la Minusca est en train de prendre des dispositions pour ces cas » Parce que depuis trois ans les soldats de la MINUSCA jusque là jouaient au Rami ?

L’installation de Touadera au pouvoir a redonné des ailes aux multiples bandes armées dans le pays. Anti-Balaka, Séléka, RJ et autres, en toute impunité se radicalisent, et se moquent complètement de la présidence de Bangui.

En bilan, 70% du territoire national échappe au contrôle du pouvoir de Bangui.

AUSSI, UNE TRÈS SIMPLE CONCLUSION, À QUOI SERVENT TOUTES CES GENS QUI AVAIENT LE DEVOIR DE RÉTABLIR L’ETAT DE DROIT DANS CE PAYS ?

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE