Centrafrique : les députés de Paoua et des Mbrès s’inquiètent de la...

Centrafrique : les députés de Paoua et des Mbrès s’inquiètent de la tension dans leurs circonscriptions

16
PARTAGER

MBRES, —Lucien Mbïgoto et Pierre Marie-Franck, respectivement députés de Paoua et des Mbrès ont déploré le regain de violence signalé ces derniers temps dans leurs circonscriptions. Ils se sont exprimés sur la situation de leurs localités dans des entretiens avec le RJDH.

Ce sont, selon Pierre Marie-Franck, député des Mbrès, les exactions des peulhs armés qui l’inquiètent « depuis quelques semaines, nous apprenons presque quotidiennement que des gens sont tués par des peuhls armés signalés dans la région. Cette situation m’inquiète aujourd’hui. Tout en dénonçant ces exactions, je partage la douleur des parents qui ont perdu leurs proches dans les attaques perpétrées par ces peulhs armés » a-t-il expliqué.

Lucien Mbaïgoto, député de Paoua regrette la présence des hommes armés dans les environs de la ville. Il déplore les actes de barbarie attribués à ces combattants « il y a des hommes armés qui ont pris position dans les périphéries de Paoua. Cette présence est plus qu’inquiétante aujourd’hui. Les exactions qu’ils font sur la population civile nous attristent tous » confie t-il avant de dénoncer les cas « des villes de Bambari, Ndélé, Markounda, Batangafo, Birao qui sont dans l’insécurité ».

Le député de Paoua appelle la communauté internationale à passer à la vitesse supérieure « aujourd’hui, il faut que la communauté internationale passe à une vitesse supérieure non seulement pour imposer la paix mais aussi accélérer le processus du DDRR. Je pense que c’est à ce titre que la paix pourra revenir dans l’arrière-pays » souhaite t-il.

Pierre Marie-Franck demande au gouvernement de prendre ses responsabilités « la mission du gouvernement, c’est de protéger les citoyens. Il faut que les nouvelles autorités puissent prendre leurs responsabilités face à cette situation d’insécurité totale dans l’arrière-pays » a-t-il appelé.

Les deux élus ont exigé le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans les zones où la tension est vive. Les exactions des hommes armés aux Mbrès sont signalées alors que l’administration est en train d’être déployée après trois années d’absence.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE