Centrafrique : audit de la transition, Touadéra dans sa logique de tromperie...

Centrafrique : audit de la transition, Touadéra dans sa logique de tromperie du peuple

9
PARTAGER

Arrivé au pouvoir il y’a deux mois après la fin d’une transition jugée chaotique par la quasi-totalité des centrafricains, le Président Touadéra a annoncé l’audit financier de ladite transition. L’objectif de cet audit selon son propre terme, consiste à corriger les erreurs commises durant cette transition et de traduire devant la justice les auteurs de détournement des deniers publics. S’agit-il d’un audit de façade pour dédouaner l’ancienne Présidente Catherine Samba-Panza de sa gestion purement archaïque? Où bien une volonté de sanctionner les auteurs jugés coupables du détournement des fonds publics?
Dans son discours d’investiture le 30 mars dernier, le Président Faustin Archange Touadéra a déclaré que son mandat sera axé sur la lutte contre la corruption et la bonne gouvernance mais depuis l’élection du Président de l’Assemblée Nationale jugée non crédible à cause de la corruption cautionnée par le Président de la République, les Centrafricains n’ont plus confiance à ce dernier qui n’a pas respecté aucune de ses promesses depuis qu’il est élu Président de la République.
D’ailleurs, selon des informations obtenues auprès de la famille de l’ancienne Présidente Catherine SAMBA PANZA, c’est cette dernière qui a demandé à son prédécesseur de commander un audit général fictif de la transition afin de la dédouaner publiquement de soupçon du détournement des fonds publics notamment le fonds angolais. Samba-Panza ne devra pas être mise en cause d’une manière ou d’une autre dans un quelconque audit, on veut laver son image afin de l’aider à trouver un emploi auprès des Nations-Unies, a conclut un de ses proches collaborateurs. Alors les centrafricain sont prévenus, s’il y’aura un coupable suite à cet audit, ça sera un certainement un coupable désigné.
L’annonce de cet audit seulement de la transition ne rencontre pas l’agrément de Joseph BENDOUNGA Président du Mouvement Démocratique de Révolution en Centrafrique (MDERC), qui estime que » Cet audit doit commencer depuis 2003 pour mettre en lumière la gestion du pays depuis cette époque. L’actuel Président TOUADERA était premier ministre pendant 5 ans il faut que cet audit se penche également sur sa gestion pendant cette période. J’étais également ministre de l’élevage dans le Gouvernement de TIANGAI sous la présidence de Michel NDOTODJIA je demande à ce qu’on puisse m’auditer » Souligne-il.
Rappelons qu’après la chute du Général François Bozizé du pouvoir en 2013, deux transitions ont été mises en place. La première dirigée par le Chef rebelle Michel Djotodja entre mars 2013 et janvier 2014 puis la seconde dirigée par madame Catherine Samba-Panza de janvier 2014 jusqu’à l’investiture du nouveau Président Faustin Archange Touadéra le 30 mars 2016. L’audit commandé par le Président Touadéra couvrira toute la durée de la transition y compris celle dirigée par Michel Djotodja et les coupables déraient désignés, selon certaines indiscrétions, dans la première tranche de cette transition. Attendons de voir, à bon attendeure salut.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE